Rallye du Cantal 2010
DA CUNHA trébuche, MOREL l'emporte
Pour la 15e édition du Rallye Régional du Cantal, basé sur le secteur d'Aurillac - Lafeuillade en Vézie, 75 équipages ont satisfait aux vérifications administratives et techniques. Un chiffre en baisse par rapport aux éditions précédentes, qui peut s'expliquer notamment par la proximité avec la Finale des Rallyes 2010, et des budgets saturés en fin de saison.
Néanmoins, les habitués ont répondu présent pour en découdre sur les deux spéciales concoctées par l'Ecurie des Volcans, mêlant du rapide et du technique, et à disputer chacune trois fois.
Cité comme grand favori, Jean-Michel Da Cunha, au volant de sa Ford Escort Cosworth FA8 est parti à la faute sur des routes piégeuses, rendues encore plus glissantes par l'humidité. Sur une Renault Clio R3 de Vivens Location, Arnaud Morel a sauté sur l'occasion pour construire sa victoire petit à petit et triomphe donc pour la première fois au Cantal.
Dans l'ES 1 de " Prunet ", Jean-Michel Da Cunha, sur un terrain propice aux quatre roues motrices, tire le premier et dispose d'un pécule de 4s8 sur le local, Jérémy Prat, ayant loué pour l'occasion une Renault Clio Ragnotti. Une performance de premier ordre qui confirme le talent de ce dernier, qui a récemment triomphé en N2 à la Finale des Rallyes d'Anglet.
L' Aveyronnais Alexis Murat (Renault Clio RS) F214 n'a lui non plus pas fait le déplacement pour admirer le paysage auvergnat, et il le confirme dès le premier secteur chronométré où il s'installe sur le podium provisoire, à cinq secondes du leader, tandis qu' Arnaud Morel s'empare du 4e chrono.
Habitué des Rallyes Terre, Christophe Roche, aux commandes de sa Subaru Impreza N4 n'en est pas pour autant dépaysé puisqu'il pointe 5e, devant l'Escort Cosworth N4 de Thierry Fernandès, qui évolue habituellement en Course de Côte.
Moins à l'aise dans cette spéciale, Nicolas Liron, pour son deuxième Rallye aux commandes de sa nouvelle arme, une splendide Volkswagen Golf 4 Kit-Car (A7K), se classe à une honorable 7e place, alors qu'en N3, le Périgourdin Eric Sauteur (Renault Clio RS), venu prendre une revanche après une Finale ayant tourné court pour lui, annonce la couleur en signant le 8e temps.
Pour son unique Rallye de l'année, Patrick Echaubard (Ford Escort Cosworth) FA8, s'installe sur le podium provisoire du Groupe A, avec à la clé le 9e rang du classement provisoire. Parti avec le Numéro 1 sur les portières, l'acrobate Philippe Charlaix n'en démérite pas pour autant en rentrant dans le Top 10, avec sa Peugeot 205 GTI verte, évoluant désormais en F214.

Au cours de l'ES 2 de Labesserette, se produit un coup de théâtre puisque Da Cunha se pose, laissant la voie libre à Arnaud Morel qui se montre le plus rapide, mais pour seulement 0s2 devant Liron, qui fait parler la puissance de la Golf Kit-Car. Régulier, Murat est solidement installé au 3e rang, à 1s3. Jérémy Prat ne lâche pas prise lui non plus puisqu'il réalise un nouvel exploit en signant le 4e temps. Enorme performance également pour Laurent Surville, qui fait voler sa Saxo VTS engagée en A6, en rentrant dans le Top 5 dans ce secteur chronométré. Les " souflettes " sont elles aussi de la fête, puisque Thierry Faye place sa Renault 5 GT Turbo (FN4) à la 6e place, devant l'Escort de Fernandès.
En F2000, Jean Turnel et sa rutilante Peugeot 306 XSI se place en dauphin de Murat, en s'octroyant le 8e chrono. Il damne le pion à Julien Marty, dont la Renault Mégane figure à la 9e place.
Cette épreuve spéciale est cependant marquée par les sorties de route sans gravité de Christophe Roche et de Thierry Christol (Peugeot 205 GTI) F214.
Alors que le soleil commence à pointer le bout de son nez, Morel poursuit sur sa lancée, en collant 5s1 à Murat et 5s6 à Prat. Derrière ce trio, Nicolas Liron continue l'apprentissage de sa nouvelle monture en signant le 4e chrono, devant le toujours aussi rapide Jean Turnel. Le Groupe A perd quant à lui un membre de ses troupes, en la personne de Patrick Echaubard qui se fait piéger et rend son carnet de bord.
Ce dernier remporte d'ailleurs l'ES 4, suivi de Liron à 0s9, et Arnaud Morel à 1s3. Murat-Faye-Prat suivent respectivement dans cet ordre, tandis que Dominique Romo et sa superbe Renault Clio 16S (FA7K), tout en gratifiant le public de passages spectaculaires, se hisse au 7e rang. Thierry Fernandès, régulier s'affiche à la 8e place, tandis que William Faucher place sa Peugeot 306 XSI F2000 9ème. Il précède la 205 GTI de Philippe Charlaix.
Morel remet les pendules à l'heure dans l'ES suivante de Prunet. Alors que Murat, actuel deuxième au classement général sort sans gravité, Prat hausse lui aussi le rythme puisqu'il figure à 4s2 du premier cité. Thierry Fernandès sort également la grosse attaque en claquant un excellent 3e chrono, devant la 205 " volante " de Charlaix, 4e, la Golf de Liron et la 306 de Turnel. Ne pouvant lutter face à l'avion Prat, Sauteur préserve sa seconde place de classe, par le biais d'un 7e temps. William Faucher retrouve les bonnes sensations puisque le 8e chrono est à mettre à son actif, alors que Jacques Besson (Renault 5 GT Turbo) FN4, 9e, fait parler la poudre.
Au départ de l'ultime ES, si il ne commet pas d'erreur, Morel est assuré de la victoire, ayant près de 20 secondes d'avance sur Jérémy Prat. En revanche, cela reste plus ouvert en ce qui concerne les places d'honneur.
Alors que quelques gouttes de pluie font leur apparition, Liron se fâche et s'offre le scratch devant Morel, qui rentre donc en vainqueur à Lafeuillade. Fernandès clôture le Rallye lui aussi en beauté par le 3e temps, tandis que Prat n'a pu résister au retour de Liron qui a fondu littéralement sur lui. Charlaix, légèrement en retrait en début de Rallye, termine lui aussi en force par un temps dans le Top 5, devant les 306 F2000 de Turnel et Faucher. Cette ES sera malheureusement victime d'un arrêt de course suite à la sortie de route de Clément Aulié et Jérôme Delbosc sur leur Renault Clio RS (F214), à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.
Au final, derrière Morel, Prat s'incline pour un dixième face à la Golf de Liron. Il est cependant l'auteur d'une performance remarquable, en montant pour la première fois sur le podium, et en signant une belle victoire de Groupe ; gageons qu'il n'a pas fini de nous impressionner. Au pied du podium, Thierry Fernandès a lui aussi effectué un beau Rallye, tout comme " Papy " Turnel qui montre qu'il peut encore jouer les premiers rôles. Il s'octroie par la même occasion le Groupe F2000. Auteur d'une belle remontée en fin de Rallye, Philippe Charlaix rentre en parc fermé à la 6e position, et deuxième de Groupe, tandis qu' Eric Sauteur, 7e, monte sur le podium du Groupe N. William Faucher, après une saison mi-figue, mi-raison, marquée par de nombreux abandons, retrouve enfin la joie de franchir la ligne d'arrivée, de surcroit à une belle 8e place, et avec à la clé la 3e place en F2000.
Belle démonstration également pour Jacques Forcès et son inusable Hommell RS 2, 9e au général, tandis que Thierry Faye décroche la 10e position, devanšant l'autre R5 GT Turbo de Besson. 12e, Julien Marty n'a pas faiblit, tandis que Dominique Romo place sa Clio en 13e position.
Ayant remplacé sa 106 S16 N2 en début de saison par une Peugeot 206 XS A6K, le choix de Pierre-Antoine Soulenq s'est avéré payant puisqu'il place cette dernière au 14e rang, avec en prime la victoire de classe.
Gérald Gardette (Renault 5 GT Turbo) F214 clôture le Top Quinze.
En Groupe A, la victoire revient sans contestation à Liron. Son dauphin n'est autre que Romo, tandis que Soulenq complète le podium. Au sein des classes respectives, la A8 ayant été décimée par les abandons de Da Cunha et Echaubard, Bruno Camboulas (Subaru Impreza) n'a pas eu de mal à s'imposer. En A7K, victoire logique de Liron, de même que Soulenq en A6K, alors que Jean-Philippe Giry impose son Honda Civic en A7, Thibault Habouzit ayant connu des soucis d'ordre mécanique sur sa Renault Clio Williams. En A6, malgré une touchette, Surville, 16e au général a dominé de la tête et des épaules. Son dauphin n'est autre que Nicolas Chambon (Citroën Saxo VTS). En A5K, l'habitué de l'épreuve, Philippe Bouvier (Peugeot 106 Kit Car) était seul, mais il a lui non plus pas été épargné par la malchance et termine dernier de l'épreuve. En A5, Ludovic Malhautier (Peugeot 106 Rallye) a perdu son camarade de jeu, Ludovic Bonhomme (Peugeot 106 XSI), ce dernier ayant jeté l'éponge avant l'ES 2. Nicolas Roudil (Citroën AX GTI) s'empare de la deuxième place.
Au sein du Groupe N, Jérémy Prat n'a jamais été inquiété ; et même si Fernandès a sorti la grosse attaque, il se contente de la place de dauphin. La troisième marche du podium tombe dans l'escarcelle de Sauteur.
Dans les classes, en N4, derrière Fernandès, c'est Faye qui s'illustre, suivi de Besson. En N3, Dorian Nicolas (Renault Clio Ragnotti) s'octroie la 3e position, tandis que Pierre-Marie Lacroix a brillé en N2.
Domination sans partage également pour Pierre Philippot et sa Peugeot 106 Rallye en N1.
En F2000, le trio Turnel-Charlaix-Faucher compose le podium de Groupe et de la Classe F214. Sur sa nouvelle monture construite après sa sortie en début de saison, Franck Chaput (Peugeot 106) hérite de la victoire en F213, après avoir relégué Jérôme Veyrac (Peugeot 106 S16) au second rang. La F212 est quant à elle la propriété de Cédric Chauriol (Peugeot 106), tandis que Christophe Moneyron (Peugeot 205 Junior) était le seul partant en F211.
Seuls en Groupe R et GT, Morel et Forcès s'imposent dans leur groupe respectif. Ce sont en tout 60 équipages qui ont rejoint le parc fermé final.

Les PHOTOS sont en ligne dans la Rubrique " RALLYES 2010 "
 
Prochain Rendez-Vous : le Rallye du Var, ultime épreuve du Championnat de France des Rallyes 2010.
 
PQ47, Rallye46 et Fanderallye46.