Rallye des Cotes Du Tarn 2010
ROUILLARD, comme un poisson dans l'eau...
Malgré la proximité avec la Finale des Rallyes 2010, le Rallye National des Côtes du Tarn, comme d'accoutumée inscrit au calendrier en Octobre, précisément les 22-23 Octobre, avait cependant fière allure.
Si les organisateurs comptaient une baisse importante du nombre de partants, puisqu'ils étaient 89 à prendre le départ pour ce cru 2010, cela n'altérait que de peu la qualité du plateau réuni, puisqu'ils étaient nombreux à pouvoir viser une place sur le podium.
Patrick Rouillard était sans doute l'un de ceux qui connaissait le mieux le terrain, pour avoir disputé le Rallye à plusieurs reprises, avec à la clé plusieurs victoires dont lors de l'édition précédente. Il a su mettre à profit cet atout, de surcroit sur un terrain humide le dimanche, favorable à sa Mitsubishi Lancer Evo X, lui permettant de remporter pour la huitième ce rendez-vous désormais incontournable au sein de la ligue Midi-Pyrénées.
 
Défini lui aussi comme l'un des principaux favoris pour la gagne, c'est le local Francis Milhau (BMW 318 Compact) F214, qui s'empare des commandes du Rallye au cours de l'ES 1 de "Montaigut", longue de 7.850 kms; pour 1s4 devant le Champion de France des Rallyes 2009, l'Aveyronnais Guillaume Canivenq aux commandes d'une Renault Mégane F214. Mickaël Lobry et sa Mitsubishi Lancer Evo 8 Groupe N se montrent d'ores et déjà menašant puisqu'ils figurent sur le podium provisoire à 2s9 du leader.
Venu faire du roulage avant le grand rendez-vous annuel qu'est la Finale, le Breton André Jézéquel, fidèle de l'épreuve tarnaise à laquelle il prend part pratiquement tous les ans, pointe le museau de sa Peugeot 207 S2000 au 4e rang.
Il damne le pion à Guy Mottard et sa belle Peugeot 306 Maxi A7K, ayant fait le lointain déplacement depuis le Var.
Légèrement en retrait, Patrick Rouillard, effectuant une pige sur asphalte,signe tout de même le 6e temps à 3s6, devant l'impressionnant Alexis Murat et sa Renault Clio RS F214, 7e.
Ludovic Marigo fait une nouvelle fois étalage de son talent en pointant à la 8e place avec sa Renault Clio Ragnotti N3, et 3e de Groupe.
9e, Yvan André montre qu'une Renault 11 Turbo F2000 peut toujours être compétitive face à des autos bien plus récentes, il signe par ailleurs le 4e temps du Groupe F2000. Yvan Delmas (Citroën C2 R2 Max) clôture quant à lui le Top Dix.
 

Dans l'ES 2, à l'issue des 12.6 kms de l'ES de "Salvagnac", c'est toujours le vétéran Francis Milhau qui signe le meilleur temps. Jézéquel hausse le ton puisqu'il figure 2e à 0s8. Il se tient néanmoins dans un mouchoir de poche avec Rouillard, 3e chrono à 0s1 de la Lionne.
Canivenq exploite tout le potentiel de sa Mégane F2000 mais se contente du 4e temps devant la Mitsubishi de Lobry et la Ford Escort Cosworth FA8 de Jean-Laurent Chivaydel. Guy Mottard, 6e, continue de s'habituer à des routes différentes de chez lui, tandis qu'Alexis Murat a la main mise sur la dernière marche du podium en F2000.
Ludovic Marigo clôture cette première boucle par un 9e temps, suivi de André.
Cependant, la liste des abandons commencent à s'étoffer, notamment avec le retrait de Cyril Marty (Citroën Saxo VTS) A6 sur le routier le conduisant à l'ES 2, mais également de Dominique Laurent (Ford Escort Cosworth) FN4, trahit par sa boite de vitesse, Sébastien Bourhis (Peugeot 206 XS) mécanique, ou encore Renaud Metzger (Renault 5 GT Turbo) F214, suite à une casse moteur à l'issue de l'ES 2.
 
L'ES 3 de Montaigut sera quant à elle fatale à Canivenq, victime de la casse d'une rotule qui entraine une sortie de route, heureusement sans gravité pour l'équipage.
En revanche, personne ne semble en mesure pour l'instant d'entraver la marche en avant de Milhau qui signe un nouveau scratch pour 0s6 face à Jézéquel et Rouillard. Lobry, visiblement à l'aise sur ce tracé plutôt rapide, s'accroche à la 4e place. Le 5e temps est à mettre à l'actif de Mottard, tandis que Chivaydel accroche le 6e rang. Derrière Alexis Murat, 7e chrono, Grégoire Espinasse et sa Renault Mégane Maxi, à laquelle il a refait de nouvelles couleurs, pointe 8e. Marigo et Delmas suivent.
 
Dans l'ES 4, Milhau ne peut contrer le retour de Jézéquel qui signe le meilleur temps et passe en tête du Rallye. Le premier cité le suit à 0s6, tandis que Lobry passe à l'offensive en se classant 3e à 7s7. Chivaydel remet lui aussi les pendules à l'heure par le biais d'un 4e temps à 9s7. Il précède Marigo et Mottard. Murat, André, Rouillard finissent dans cet ordre, respectivement 7e, 8e et 9e, tandis que Pierre Lerosier, de retour au volant de sa Subaru Impreza WRX STI (N4) signe le 10e temps.
Cyril Dumoulin et sa Mitsubishi Lancer Evo 6 (A8) jettent l'éponge suite à un turbo récalcitrant. Même punition pour Lionel Ferrié (Peugeot 106 XSI) F212, qui part à la faute.
 
L'ES 5 "Montaigut", se disputant de nuit, représente l'ultime ES de cette première étape du Samedi. C'est André Jézéquel qui se montre le plus rapide et confirme sa position dominante. Jean-Laurent Chivaydel claque un excellent 2e temps à 0s6, devant Lobry, Milhau et Rouillard.
Murat se classe 6e, tandis que Ludovic Marigo clôture cette première journée en beauté par un 7e temps, mais sera déclassé à la suite d'une décision du collège des commissaires sportifs.
 
Le lendemain, sur l'ES 6 de "Saint-Martin", ES traditionnelle des Côtes du Tarn, c'est Patrick Rouillard qui semble le mieux réveillé puisqu'il colle 4s2 à Chivaydel et 4s6 à Jézéquel. Murat part lui aussi très fort, puisqu'il s'empare du 4e chrono devant Lobry et Lerosier. Mottard signe le 7e temps, devant Milhau, en délicatesse avec sa propulsion sur un terrain humide, la pluie étant l'invitée du jour. Eric Raymond place sa Mitsubishi Lancer Evo 6 (A8) au 9e rang, devant une autre Mitsubishi Lancer Evo 9, engagée en N4, celle de Jean-Paul Terral.
Quant à Grégoire Espinasse, il n'est visiblement pas lâché par la poisse cette saison puisqu'il rend son carnet de bord.
 
Sur l'ES 7 de Montvalen se disputant cette année à l'envers, André Jézéquel en remet une couche afin de conserver sa position de leader. Chivaydel poursuit au fur et à mesure sa remontée en signant de nouveau le 2e temps, pour 1s7. Patrick Rouillard n'en démord pas pour autant puisqu'il pointe 3e. La bonne opération est également à mettre à l'actif de Lobry qui est 4e dans ce secteur chronométré, tandis que le 5e temps tombe dans l'escarcelle de Mottard. Murat régulier, signe le 6e temps devant Delmas, alors que derrière les "4 Roues" de Lerosier et Raymond, Luc Malgras place sa Saxo Kit Car A6K à la 10e place.
Après ces deux premières ES du Dimanche, on dénombre quelques abandons supplémentaires, et notamment celui de Pierre Boutet (Renault 11 Turbo) F214, ou encore de Eric Raymond.
 
Rouillard repasse à l'attaque dans l'ES 8 et distance de 6s3 son dauphin dans cette ES, Chivaydel. Lobry, Jézéquel et Murat suivent dans cet ordre.
 
Jézéquel réplique dans Montvalen 2 pour 0s8 face à Rouillard, qui constitue une sérieuse menace désormais. Chivaydel s'accroche à la 3e place face à Lobry et Mottard.
 
Bis repetita pour Rouillard au cours de l'ES 10, Chivaydel ne peut suivre le rythme effrené de ce dernier et se contente du 2e temps scratch, devant Lobry, tenace, ainsi que Jézéquel qui lâche quelque peu prise avec le 4e temps. Lerosier sort la grosse attaque en signant le 5e temps.
 
Dans l'ultime ES, Lobry est le plus rapide devant Rouillard, qui coiffe ainsi sur le poteau Jézéquel, malgré les résistances du Breton. Chivaydel réalise un dernier baroud d'honneur avec le 3e temps. Pierre Lerosier réalise le 4e chrono devant Murat, Mottard et Jézéquel. Très belle fin de course également pour Thierry Thomas (Citroën Saxo VTS), 9e temps, ainsi que pour Cédric Gamboni (BMW 320 I), 10e temps scratch, qui allie spectacle et efficacité.
 
Rouillard a ainsi su jouer des conditions climatiques pour s'imposer une nouvelle fois en terres tarnaises. Jézéquel se console avec la deuxième place, tout en ayant joué en haut de l'affiche jusqu'au départ de l'ES 11.
Lobry a également brillé puisqu'il monte sur le podium. Jean-Laurent Chivaydel, au gré d'une grosse attaque le Dimanche, en termine 4e et 2e du Groupe A. Alexis Murat sort quant à lui vainqueur en F2000, et rentre dans le Top 5. Mottard, régulier tout au long du Rallye, rentre en parc fermé à la 6e position, devant Milhau, qui a dégringolé de la première position occupée la veille jusqu'à l'ES 3, à la 7e place. Beau finish pour Pierre Lerosier qui est récompensé de ses efforts par un podium de Groupe associé à la 8e place. Yvan Delmas impose quant à lui sa C2 R2 Max au 9e rang, devant la BMW de Gamboni, 10e.
Luc Malgras, pour son deuxième Rallye avec sa nouvelle arme acquise en début de saison, en termine 11e. La 12e position revient à Sébastien Fauchié et sa Renault Clio Williams F214, tandis que la 13e est occupée par Christophe Montès (Mitsubishi Lancer Evo 9) N4. Il devance Terral, 14e, alors que Thierry Thomas clôture le Top 15.
A noter la très belle 18e place finale de Cédric Teisseyre associé à Valérie Tirbois (Renault Clio RS) F214, qui ont été épargné par le chat noir ayant élu domicile dans l'habitacle de la Clio durant la première partie de la saison.
 
Au sein du Groupe A, victoire logique de Jézéquel. En A7K, Guy Mottard était esseulé, après l'abandon d'Espinasse, Christophe Surre (Peugeot 306 S16) étant relégué à la 23e place. En A6K, Bourhis n'ayant pu défendre ses chances, Malgras hérite de la victoire.
La A6 est la propriété de David Blanc (Peugeot 106 S16), 21e.
En A5, il suffisait à Sébastien Sistero (Peugeot 106 XSI) de rallier l'arrivée pour s'imposer, ce qui est chose faite, avec en prime la 32e place.
 
En ce qui concerne le Groupe N, la N4 revient donc à Rouillard, la N3 ayant été décimée par une succession de mises hors-course au terme de la première étape, c'est Sylvain Flachaire (Renault Clio 16S) qui s'impose. En N2, Nicolas Amalvy (Citroën Saxo VTS) N2 a eu raison de Cédric Franquès (Peugeot 106 S16). Eric Rosalie (Peugeot 106 XSI) n'a quant à lui pas eu de mal à s'imposer en N1.
 
Pour le gain de la F214, Alexis Murat remporte la couronne, tout comme Thomas en F213. Boris Carretero (Renault Clio) a survolé les débats en F212. Pour son retour après sa grosse sortie du Frontonnais, Bruno Nègre (Citroën AX GTI) se contente de la seconde place, tandis que Loïc Pelat (Peugeot 106 Rallye) F212 a jetté l'éponge.
 
Seul partant en Groupe Z, Christian Cavaillès (Lancia Delta HF Intégrale) s'est fait plaisir, et rejoint le parc fermé à la 24e place.
 
En tout, ce sont 52 équipages qui ont rejoint l'arrivée finale.
 
Bravo à tous les équipages pour leur prestation !
 
Les PHOTOS sont en ligne dans la Rubrique : "PHOTOS 2010"
 
Prochain Rendez-Vous : la Finale de la Coupe de France des Rallyes d'Anglet-Hasparren (64), les 29-30-31 Octobre.
 
PQ47, Rallye46, The_white31 et Fanderallye46.