Rallye National du Pays de Saint-Yrieix 2010
Antony MORA double la mise !
Figurant parmis les dernières épreuves permettant de marquer des points pour la Finale de la Coupe de France des Rallyes 2010 qui se déroulera au Pays Basque, le désormais réputé Rallye National du Pays de Saint-Yrieix accueillait un plateau ayant fière allure. En effet, 99 équipages ont pris le départ de cette neuvième édition, toujours autant courronnée de succès, accueillant également depuis l'an dernier le Citroën Racing Trophy.
Les favoris étaient bien présents, ce qui rendait difficile de dégager un quelconque pronostic avant le début des opérations.
 
Multiple vainqueur de l'épreuve et venu glâner les derniers points, le Sarladais Antony Mora (BMW 318 TI Compact) F214 annonce la couleur dès l'entame du Rallye avec l'ES de Coussac-Bonneval, longue de 18.830 kms. Son dauphin n'est autre que le local Damien Pijassou, ayant loué pour l'occasion la Peugeot 206 WRC de Jean-Charles Beaubelique, qui lui pointe au troisième rang du général aux commandes de sa Peugeot 306 Maxi A7K.
Ce dernier est talonné par le vainqueur de la Coupe de France des Rallyes 2008, Jean-Sébastien Vigion (Citroën C2 S1600) A6K, relégué à 11.3s du leader. 5e temps scratch, Romain Longé (Peugeot 306 Maxi) A7K semble avoir bien apprivoisé la belle Lionne.
Il est suivi par Mickaël Lobry, qui, au volant de sa Mitsubishi Lancer Evo 8 s'installe en tête du Groupe N et à la 6e place scratch. De même pour Bertrand Guillon en Groupe R, qui hisse sa Renault Clio R3 au 7e rang. Il damne le pion à Romuald Lezeau (Citroën C2 R2 Max) R2B, 8e.
Yohan Dupouy (Peugeot 306 S16) F214 est lui aussi parti très fort puisqu'il décroche le 9e temps, devant la Renault Mégane (F214) de Philippe Rageau.
Quant à la liste des abandons, elle commence déjà à se remplir puisqu'on dénombre déjà 7 abandons, et pas des moindres, à commencer par la belle Lotus Exige GT10 de Eric Gonnet, qui part à la faute, tout comme Stéphane Ciaramitaro (Citroën C2 R2 Max) ayant fait le déplacement depuis la Région PACA dans le cadre du Citroën Racing Trophy, et qui se fait piéger lui aussi. William Faucher (Peugeot 306 XSI) est trahit par la mécanique, tout comme Franck Pailler, sur la Peugeot 206 XS de Romain Longé, ainsi que l'équipage féminin Cécile Bonhomme-Elodie Garrelou (Renault Clio Williams) FA7.
Vigion réplique dans l'ES 2, plus technique, mais Mora ne concède que 0.6s. Beaubelique figure toujours à la 3e position, tandis que Longé récupère la 4e place. L'attaque paye pour Romuald Lezeau qui se classe 5e de ce secteur chronométré, et renverse donc les rôles en Groupe R au général. Yohan Dupouy se rapproche également du Top 5 avec à la clé un 6e chrono devant le leader provisoire du Groupe N, Mickaël Lobry. Pour sa première venue sur l'épreuve limousine, Sébastien Virazel (Citroën C2 R2 Max) R2B ne fait pas de la dentelle puisqu'il signe le 8e temps scratch, devant la Mitsubishi Lancer Evo 8 (N4) de Jean-Pierre Landron, et la Clio R3 de Bertrand Guillon. A noter l'excellent 11e temps de Bruno Brun (Renault Clio RS) qui commence à faire parler la poudre avec sa nouvelle monture.
Sur la BMW Z3 M (GT10) de Sergio Faucher, Fabrice Chabroux n'ira pas plus loin que l'ES 2, tout comme Sébastien Auvity (Citroën Saxo VTS) N2 ou encore Yannick Dupouy (Peugeot 106 XSI) FA5 (sortie de route sans gravité).
 
Retour sur l'ES de "Coussac-Bonneval" pour l'ES 3 où Mora remet les pendules à l'heure, puisqu'il colle 2s à Beaubelique et 12.4s à Vigion. Pijassou, qui a visiblement connu des soucis dans l'ES 2 puisqu'il figure très loin au classement, s'accroche ici à la 4e place, distançant Longé et Lobry. 7e chrono, Lezeau détient toujours les clés du Groupe R, malgré les assauts de Virazel (8e temps scratch). Jean-Pierre Landron, en réalisant de nouveau le 9e temps, gagne lui aussi du terrain en Groupe N, devant Guillon, qui signe le 10e temps et 3e temps du Groupe R, mais qui conserve néanmoins sa 2e place de Groupe au général.
Rebelote pour Mora dans l'ES 4 qui porte désormais son avance au général à 10s6. Auteur de superbes passages à la limite, Jean-Sébastien Vigion exploite pleinement le potentiel de la C2 S1600 et signe le second chrono, à 1s1, et devance de 2 dixièmes Beaubelique, 3e temps. Régulier, Longé reste abonné à la 4e place, l'écart étant creusé avec les trois hommes de tête. Dupouy enfile les bonnes places comme des perles puisqu'il signe ici le 5e temps scratch, devant les "furieux" du Groupe R, en la personne de Lezeau et Virazel, respectivement 6e et 7e de l'ES. Landron profite de l'abandon mécanique de Lobry pour cueuillir le 8e temps, et surtout la tête du Groupe N. Sur sa Renault Clio Williams FA7, Julien Rambault fait encore une belle démonstration en pointant à la 9e place dans cette ES, suivi de Patrice Robert (Citroën Saxo Kit Car) A6K, en grande bagarre avec Paul Paillé (Fiat Punto Kit Car) A6K, (12e temps), pour le gain de la deuxième place de classe, Vigion étant intouchable.
 La déception est de taille en revanche pour Pijassou qui, ennuyé par des soucis d'ordre mécanique, se retire de la course. Même punition pour Bruno Brun et Frédéric Meurant (Renault Clio Ragnotti), un sérieux prétendant à la victoire de classe en N3.
 
La première étape du Samedi s'achève par l'ES 5 "Saint-Yrieix", longue de 5.040 kms et disputée de nuit, dans laquelle Beaubelique fait la différence pour 4.8s sur Vigion et 7.2s qui assurent le spectacle. Virazel sort le grand jeu également avec le 4e temps devant Longé et Rageau. Paul Paillé prend ses marques et signe un superbe 7e temps scratch, lui octroyant une avance non négligeable pour le gain de la deuxième place de classe. Suivent Guillon et Dupouy, tandis que le 10e chrono est réalisé par Didier Gouret (Peugeot 206 RC) A7.
A l'issu de cette première étape, Mora possède une avance de 3s4 sur Beaubelique et 21s8 sur Vigion. Romain Longé accuse quant à lui plus qu'1min15s de retard sur le premier cité.
 
Le lendemain, sous un temps idéal, Antony Mora frappe fort en collant 4s1 à Vigion et 15s6 à Beaubelique au cours de l'ES 6 "Lanouaille-Angoisse-Sarlande", longue de 14.9 kms. Coup de théâtre en revanche en ce qui concerne les accessits, puisque Longé rend son carnet de bord sur ennuis mécaniques, offrant le 4e chrono à Philippe Rageau, qui grapille une place au général. Bertrand Guillon se "fâche" lui aussi avec le 5e temps, tandis que Landron, à l'attaque signe le 6e temps. Paillé se détache de Robert en ce qui concerne la place de dauphin en A6K, tous deux réalisant respectivement le 7e et 9e temps scratch. Entre eux s'intercale Virazel, 8e, qui a commis un petite faute (tout droit). En A7, Jean Brasseur (Peugeot 206 RC) se montre comme un adversaire coriace, puisqu'il signe le 10e temps, devant le Tarnais Patrick Benne (Citroën Saxo VTS), qui domine actuellement la F213.
Pas de chance pour Christian Barret (Citroën ZX) F214 qui sort de la route sans gravité.
 
Bis repetita pour Mora dans l'ES suivante de "Le Chalard-Saint-Yrieix" (12 kms). Mais Vigion se rapproche petit à petit de belle Allemande puisqu'il n'est distancé que de 0s4 dans cette ES, et détrône par la même occasion Beaubelique au général pour le compte de la deuxième place; ce dernier ne peut faire mieux que 3e; à 8s1. Dupouy ne lâche rien et signe le 5e temps, tout comme Guillon, 5e. Rageau remonte petit à petit par le biais d'un 6e temps, suivi dans l'ordre de Lezeau-Virazel-Rambault-Robert.
La liste des abandons s'agrandie, puisque Adrien Solleillant (Peugeot 106 S16) F213 la rejoint sur ennuis mécaniques, tout comme Yoan Mathevon (Renault Clio) FA7, Vincent Humeau (Hommell RS2) GT9 et Frédéric Maury (Peugeot 306 S16) FN3.
Si Mora creuse de nouveau l'écart dans l'ES 8, en revanche la réplique est immédiate de la part de Vigion au cours de l'ES 9; où il réalise le scratch pour 4s5 devant Beaubelique et 4s8 devant Mora. Impressionnant Julien Rambault qui se paie le luxe de devancer des autos bien plus puissantes en signant le 4e temps scratch !
5e temps scratch, Virazel domine quant à lui de la tête et des épaules le Groupe R, et assure sa 4e place provisoire. En revanche, deux abandons de taille sont à déplorer : ceux de Yohan Dupouy (mécanique) et Didier Gouret (raison personnelle), ainsi que celui de Didier Bernard (Peugeot 206 RC) N3 qui se fait piéger, ou encore Emmanuel Lerouge (Citroën Saxo VTS) F213.
 
Pour la dernière boucle, Vigion poursuit sur sa lancée avec un nouveau scratch à son actif. Il colle 0s8 à Beaubelique, et 3s3 à Mora, qui commence à gérer sa position de leader. 4e temps, Virazel contrôle toujours le Groupe R, malgré les assauts de Guillon (5e temps), tandis que Gaétan Aquilino réalise une belle performance aux commandes de sa Peugeot 207 RC puisqu'il réalise le 6e temps dans cette ES.
 
L'ultime ES est pour Vigion pour 6s9 face à Beaubelique. Mora s'assure de la victoire en terminant par un 3e temps scratch.
 
Il rentre ainsi vainqueur au parc fermé sur la Place de la Nation à Saint-Yrieix, et inscrit donc son nom pour la 4e fois au palmarès de l'épreuve. Jean-Sébastien a tout donné, mais il termine dauphin du premier cité,  à 12s6. Il empoche néanmoins la victoire en Groupe A. Beaubelique complète le podium.
 
Auteur de belles performances tout au long du Rallye, Virazel a fait étalage de son talent en terminant au pied du podium, 4e, et gagne le Groupe R. Bertrand Guillon a cravaché ferme pour récuperer son bien qu'il possédait en début de Rallye, à savoir la tête de Groupe, mais il se contente de la seconde place, de la victoire de classe et de la 5e position du classement général. Romuald Lezeau hérite quant à lui de la 3e place de Groupe et de la 6e place scratch.
Pas de problème pour Jean-Pierre Landron qui s'impose largement en Groupe N, avec à la clé la 7e place du général. Julien Rambault rentre en 8e position et décroche un podium de groupe, associée à la victoire de classe.
Philippe Rageau n'a lui non plus pas démérité puisqu'il clôture le Rallye au 9e rang du classement, et 2e du F2000.
L'attaque de Paul Paillé a payé puisque la seconde place en A6K est à mettre à son actif, doublée d'une belle 10e place finale. Il précède son principal adversaire, Patrice Robert, qui se console avec la 3e place de classe.
Yvan Delmas n'a pas chômé non plus puisqu'il en termine 12e, face à Jean Brasseur, 13e. La 14e place est à mettre à l'actif de Gaétan Aquilino, suivi d'Eric Sauteur (Renault Clio RS) N3.
 
Au sein du Groupe N, la N4 revient logiquement à Landron, qui empoche la victoire de Groupe, tandis que la N3 a été plus disputée, entre Eric Sauteur, Sébastien Germain (Renault Clio Ragnotti) et Laurent Borderie (Renault Clio Ragnotti), qui terminent dans cet ordre.
En N2, Romuald Hostein (Honda Civic VTI) a littéralement dominé son sujet. Bruno Rougier (Peugeot 106 S16) a bien roulé et est recompensé par la 2e place de classe, face à Christophe Bouthier (Peugeot 106 S16).
En N1, coup de théâtre dans la dernière spéciale où André Auger (Peugeot 106 Rallye) renonce alors qu'il dominait les débats. Cédric Chassagne (Citroën AX GTI) hérite de la victoire.
En Groupe A, la A7K revient à Beaubelique, la A7 à Rambault, la A6K à Paillé. Seul partant en A8, Pascal Lescloupé, aux commandes de la Subaru Impreza de Michel Hayet, rallie l'arrivée en 28e position. En ce qui concerne la A6, Laurent Surville (Citroën Saxo VTS) pointait en tête à l'issue de la première étape. Mais Richard Duranton (Peugeot 106 S16) et Fabien Combe (Citroën Saxo VTS) le coiffe sur le poteau lors de la deuxième étape.
En A5K, Philippe Bouvier et sa belle Peugeot 106 Kit Car rentre en parc fermé avec une avance substantielle sur son dauphin, Patrick Brunerie (Peugeot 106 XSI). Avec le retrait de Yannick Dupouy, Raphaël Collin (Peugeot 205) n'avait plus qu'à dérouler pour le gain de la A5, Brice Ricou (Peugeot 205 Rallye) figurant plus loin au classement.
 
Au sein du F2000, si la F214 est la propriété de Mora, la bataille a été plus âpre en F213. Figurant en tête après la première étape, Gary Guerin (Peugeot 106 S16) a vu fondre sur lui Patrick Benne (Citroën Saxo VTS) qui triomphe et empoche de précieux points. Mathieu Etié (Citroën Saxo VTS) complète le podium, après l'abandon de Solleillant.
A l'attaque, Christophe Loriller (Peugeot 106 XSI) n'a rien lâché et s'impose en F212. Stéphane Mulon amène sa Peugeot 106 Rallye en 2e position; tandis qu'en F211, l'Auvergnat Christophe Moneyron (Peugeot 205 Rallye) se fait plaisir et rentre en parc fermé à la 51e place, loin devant la Peugeot 106 XR de François Blanc, ayant connu quelques soucis mécaniques.
 
Habituellement peu fourni, le Groupe GT était pour l'occasion le théâtre de chaudes empoignades. Gonnet, Galin et Humeau s'étant retiré de la course, Gérard Marie (BMW 135 I) GT10 l'emporte devant l'Hommell RS2 (GT9) de Jacques Forcès, tous deux gagnant respectivement leur classe.
En Groupe R, Virazel a été le plus rapide, même si la tâche a été rude face à Guillon et Lezeau.
Ce sont en tout 64 équipages qui rejoignent le parc fermé final.
 
Les PHOTOS sont en ligne dans la Rubrique : "PHOTOS 2010"
 
Prochain Rendez-Vous : la Finale de la Coupe de France de la Montagne à Châtel-Guyon (63).
 
PQ47.