Rallye Monte Carlo 2010
Pour l'ouverture de la Saison 2010, du 19 au 24 Janvier, les différents équipages engagés dans le Championnat IRC avaient rendez-vous au monument qu'est le Rallye du Monté-Carlo, ancienne manche du Mondial et Rallye mythique qui a vu défiler sur ses spéciales célèbres et enneigées les plus grand noms du sport automobile.
La liste des engagés, encore une fois, offrait un plateau de rêve, synonyme de bagarres intenses. Pour pimenter la partie, de nombreux constructeurs se sont engagés avec comme obectif le titre en fin de saison, mais d'autres également pour développer les nouveaux produits, telle la monstrueuse Ford Fiesta S2000, aux mains du Finlandais Mikko Hirvonen, qui faisait figure de favori, tout comme les redoutables Sébastien Ogier (Peugeot 207 S2000) vainqueur de la précédente édition, Stéphane Sarrazin (Peugeot 207 S2000), grand animateur l'an dernier également,  ainsi que le Britannique Kris Meeke (Peugeot 207 S2000), vainqueur de l'IRC 2009, et remettant donc son titre en jeu.
Skoda Motorsport était de la partie également avec 3 Skoda Fabia S2000 engagés aux mains du Thècque Jan Kopecky, du Finlandais Juho Hanninen ainsi que du Franšais Nicolas Vouilloz, une belle occasion pour briller sur ce Rallye si difficile. A noter également la participation du Britannique Guy Wilks, lui aussi sur une Skoda Fabia S2000 engagée par Skoda UK.
Parmi les prétendants, on retrouvait également le Portugais Bruno Magalhaes (Peugeot 207 S2000), Toni Gardemeister sur une Fiat Punto Abarth S2000, mais également l'Autrichien Frantz Witmann sur une Peugeot 207 S2000 ou encore Jean-Sébastien Vigion, très attendu pour son retour sur la Peugeot 207 S2000 du Team 2C Combrone. Les animateurs du Championnat était de la partie également comme Olivier Marty (Fiat Punto S2000) ainsi que Julien Maurin sur sa nouvelle arme : la Fiesta S2000.
En Renault Clio R3, l'adversité était nombreuse également, notamment avec le jeune Espoir Echappement Mathieu Arzeno, Pierre Campana ainsi que les expérimentés Eric Mauffrey et Kris Princen.
 
Lors du prologue le Mardi soir, c'est Toni Gardemeister et sa Punto S2000 qui s'installe en tête. Il est suivi par Nicolas Vouilloz (Skoda Fabia S2000) à 1.2 secondes et par Jan Kopecky, lui aussi sur Skoda S2000 à 3.3 secondes, alors qu'on déplore l'abandon du pilote de F1 Robert Kubica (Renault Clio R3) sur soucis mécaniques.
Les choses sérieuses commencent véritablement le lendemain matin dès l'ES 1 de Burzet Saint-Raphaël, longue de plus de 27 kms, où Mikko Hirvonen (Fiesta S2000) colle 0.4 secondes à Juho Hanninen sur Skoda S2000. Kris Meeke et sa Peugeot 207 S2000 aux couleurs de Peugeot UK suit à 9.3 secondes. Autant dire que la bagarre est lancée!
Sébastien Ogier (Peugeot 207 S2000) s'empare quant à lui de la 4e position et devance Stéphane Sarrazin (Peugeot 207 S2000). Gardemeister propulse la Punto S2000 en 6e position, alors que Nicolas Vouilloz démarre "prudemment" par un 7e temps devant les 207 S2000 de Bruno Magalhaes et de Franz Wittmann. Julien Maurin s'installe quant à lui dans le Top Dix. Eric Mauffrey et sa Clio R3 jettent l'éponge, tout comme Giacomo Ogliari (Renault Clio R3).
 
Ogier réplique dans l'ES 2 à Hirvonen qui accuse un retard de 9.2 secondes. Sarrazin attaque et termine la spéciale par un 3e temps scratch à 4.2 secondes. Les Skoda de Hanninen et Vouilloz restent dans le tempo en se positionnant respectivement 4e et 5e de ce secteur chronométré. Cette longue (45.170 kms) ES fera des dégâts, à commencer par Julien Maurin qui abdique, suite à des problèmes d'ordre mécanique, Renaud Poutot (Punto S2000) subit le même sort.
 
Dans l'ES 3, le Rallye prend une nouvelle tournure quand Sébastien Ogier est victime de la neige jetée par les spectateurs sur la route et se pose, perdant ainsi de précieuses et nombreuses secondes. Hirvonen malgré un temps scratch voit Meeke se rapprocher, ce dernier signe le second chrono devant Jan Kopecky.
 
Ogier se fâche dans l'ES 4 en réléguant Meeke à 17.4 secondes et Kopecky à 20.7 secondes. Hirvonen termine cette seconde journée par un 4e temps scratch devant Vouilloz et Hanninen.
 
Après 4 ES, Mikko Hirvonen écrase la concurrence, l'écart avec son dauphin, Meeke, est de 41.9 secondes. Les Skoda ont prouvé leur compétitivité et leur efficacité, puisque les talentueux Juho Hanninen et Nicolas Vouilloz occupent les 3e et 4e rang du classement, devant Ogier, 5e suite à sa légère sortie. Magalhaes s'en tire plutôt bien puisqu'il pointe en 6e position devant Toni Gardemeister et Sarrazin, 8e. Wittmann et Wilks complète le Top Dix. Lucas Betti (Peugeot 207 S2000) et Frédéric Romeyer (Mitsubishi Lancer Evo X) qui s'est fait piégé, renoncent.
 
Le lendemain, sur des routes enneigées, l'ES5 est le lieu d'un coup de théâtre. En effet, le second au général Kris Meeke sort de la route. Côté résultats, cette dernière est également un triplé Skoda pour les trois premières places, puisque l'on retrouve dans l'ordre Vouilloz (qui signe son 1er scratch)-Hanninen-Kopecky. Ogier tente de combler son retard avec un très beau 4e chrono devant Hirvonen et un surprenant Bryan Bouffier qui hisse sa Subaru Impreza STI à la 6e position.
 
Sur des routes enneigées, Ogier attaque pour revenir aux avants-postes et s'empare du temps scratch dans l'ES 6 de St Julien-St Bonnet. Kopecky semble à l'aise sur la neige puisqu'il réalise le second temps devant Hanninen, redoutable lui aussi. Bryan Bouffier est de plus en plus impressionnant, avec un superbe 4e temps scratch, il damne le pion dans cette ES à Hirvonen. En retrait depuis le début de Rallye, Jean-Sébastien Vigion à l'occasion de démontrer une nouvelle fois (si cela est encore nécessaire) l'étendue de son talent par un 6e temps scratch devant la Skoda de Vouilloz.
 
Hirvonen montre qu'il est bel et bien le patron dans l'ES 7. Il colle 23.2 secondes à son poursuivant dans ce secteur chronométré, Vouilloz et Hanninen. Sarrazin refait surface avec un 4e temps, alors que le 5e chrono est à mettre à l'actif d'Ogier.
 
Hanninen s'affiche de plus en plus menacant, il signe le scratch dans l'ES8 mais pour seulement 0.9 secondes devant Hirvonen et 1.1 secondes devant Vouilloz. Ogier et Sarrazin suivent le rythme, alors qu'Arzeno suite à une sortie de route sans gravité rend son carnet de bord, après avoir impressionné par son sens de l'attaque et par les prouesses qu'il a réalisé en tenant la tête des Clio R3, et ce, devant les ténors de la discipline. Bravo à lui qui nous montre qu'il mérite bien sa nomination en tant qu'Espoir Echappement par le biais de son talent incroyable. Bryan Bouffier se fait également piéger.
L'ES 9 est pour Ogier, mais les Skoda d'Hanninen et Kopecky font parler la poudre en se positionnant 2e et 3e. Franz Wittmann se hisse au 4e rang devant Vouilloz.
Le champion du JWRC 2008 récidive dans l'ES10 et refait une bonne partie de son retard. Derrière on retrouve Hanninen, Vouilloz, Hirvonen et Sarrazin.
 
Après 10 ES, Hirvonen tient toujours bon et montre tout le potentiel de la Fiesta S2000 avec près de 49 secondes d'avance sur Juho Hanninen et 1 min 17 sur Ogier, qui a remis les pendules à l'heure en retrouvant sa place sur le podium provisoire. Vouilloz et Sarrazin sont dans le coup également en rentrant dans le Top 5. Bel exploit de Wittmann, 6e ainsi que de Magalhaes, 7e. Guy Wils n'en est pas moins déméritant en se positionnant 8e devant Kopecky et Gardemeister.
 
Vendredi matin, sur l'ES 11 de Montauban/Ouvèze-Eygalayès (30.4 kms), Ogier repart à l'attaque. Derrière lui, c'est Guy Wils qui se montre le plus rapide. Hanninen s'empare du 3e temps devant Hirvonen et Kopecky, alors que Gardemeister n'est pas reparti.
 
Après un retour sur Monaco, la bataille reprend le soir à 19h15 dès l'ES 12 caractérisée par le passage du mythique Col du Turini, une spéciale où le choix de pneus est difficile.
Ogier continu sur sa lancée si bien qu'il se retrouve très près d'Hanninen au général. Derrière lui, Wilks réitère son exploit de la matinée. Hanninen suit avec un 3e temps et des passages de folie. Hirvonen gère son avance tout en attaquant puisqu'il se classe 4e. Kopecky et Vouilloz sont ses poursuivants.
 
Bis repetita pour Ogier dans l'ES 13 "Peira Cava-La Bollène Vésubie" qui prend la 2e place au général,  Hirvonen suit à 9.7 secondes avec le 2e temps. Hanninen n'en démérite pourtant pas moins puisqu'il réalise le 3e chrono devant les redoutables Vouilloz et Wilks. Dommage pour Wittmann, qui se fait surprendre et tape un muret, le contraignant à jetter l'éponge.
 
Grosse surprise au départ de l'ES 14 puisque Sébastien Ogier, actuel second au général ne se présente pas, la faute à une mécanique défaillante sur le routier. Hanninen récupère ainsi la seconde position, avec à la clé le scratch dans cette ES. Hirvonen signe de nouveau le 2e temps tandis que Sarrazin part à l'attaque et se classe 3e. Vouilloz continue sur sa lancée et réalise le 4e temps, de même pour Kopecky, 5e temps. Belle performance pour Jaroslav Orsak sur une Skoda Fabia S2000 privée qui s'empare du 6e chrono, alors que Vigion assure sa 8e position au général et réalise ici le 7e temps devant Wils et Magalhaes. La Mitsubishi Lancer Evo 9 de Michele Cinotto réalise le 10e temps. 
 
Sarrazin conclut par le scratch dans l'ES 15 "Lantosque-Lucéram" devant Kopecky et Hirvonen. Wilks termine en beauté également avec le 4e temps tout comme Vigion 5e. Enorme performance pour Thomas Barral qui place sa Renault Clio R3 au 9e rang devant deux autres Clio R3 : celle de Simone Campedelli et de Pierre Campana.
 
Belle victoire donc pour Hirvonen qui a dominé du début jusqu'à la fin et prouve ainsi tout le potentiel de cette nouvelle auto. Hanninen a une nouvelle fois impressionné en terminant 2e à 1min51. Vouilloz réalise un coup de maître également en terminant 3e, tandis que Sarrazin peut regretter sa petite sortie et ses crevaisons, puisque malgré ces incidents, il termine au pied du podium. Très bon Rallye pour Skoda puisque Jan Kopecky rentre à Monaco à la 5e position, alors que Wilks, lui aussi sur Skoda S2000 empoche la 6e place au classement général. Pour des premières participations, Bruno Magalhaes et Jean-Sébastien Vigion ont bien tiré leur épingle du jeu, ils rentrent à la 7e et 8e position, tandis que Orsak et sa magnifique Skoda pointe au 9e rang du classement. Andrej Jereb (Peugeot 207 S2000) clôture le Top Dix, mais il convient de souligner l'excellente prestation de Kris Princen, qui remporte la catégorie des Renault Clio R3, juste devant Pierre Campana, 12e. Les Subaru Impreza WRX STI de Olivier Burri et de Vojtech Stajf se sont également biens comportés puisqu'ils finissent ce long et éprouvant Rallye respectivement en 14e et 15e position.
 
Bravo à tous ceux qui ont terminé cette épreuve mythique !
Les classements sont disponibles sur http://www.acm.mc
La Vidéo est disponible dans la Rubrique "Vidéos 2010".
Les photos dans la rubrique "Photos 2010".
 
Prochain rendez-vous : le 13 Février au Rallye Régional 24 pour l'ouverture de la saison en Aquitaine où Fanderallye46, PQ47 et Rallye46 seront présents.
 
 
Fanderallye46.